Saint Vitus le Cantor

Le frère Vitus est né sur Parnassium, dés son plus jeune âge il fut repéré par l’ecclésiarchie pour sa voix merveilleuse. C’était un homme simple, tourné entièrement vers la vénération de l’Empereur-Dieu et la contemplation. Sans relâche il chantait les louanges de l’empereur et menait le chœur sacré de la basilique Sainte Hilda de Parnassium.

Parnassium était une planète au commerce florissant, à la croisée de plusieurs routes du warp et épargnée par les xéno écumant le système. Cette paix relative était assurée par la présence de batteries militaires archéotechnologiques maintenues en état de fonctionnement par un ordre de technoprêtres, les Frères-Canons. Lorsque une puissante force Xéno tenta finalement de prendre la planète d’assaut, les Batteries sacrées furent utilisées pour la décimer, mais l’arme puissante agissait directement sur le tissu de l’univers. Alors que les vaisseaux Xénos étaient projetés à travers le warp, l’arme déclencha une terrible tempête coupant la planète du reste de l’impérium. Isolée, Parnassium n’avait pas les ressources nécessaires pour nourrir sa population et ses puissantes cités-état commencèrent à se battre pour les maigres ressources. L’espoir et la foi se détournaient de l’empereur, la population sombrait dans la guerre civile, et les cités tombaient les unes après les autres cédant à la pression intérieure comme extérieure.

Après des années de guerre la population survivante s’était réfugiée dans une unique cité ruche, approvisionnée par des champs immenses cultivés autant par les hommes que par les serviteurs agricoles des frères canons. La reste de la planète était dévasté, inhabitable. C’est alors que la grande révolte des serviteurs scella son sort. Les frères-canon, convaincu que seul l’Omnimessie permettrait à Parnassium de survivre, tentèrent de convertir la cité de force, déchaînant ses serviteurs dans les rues et les tunnels de la ville. La réponse de la cité fut terrible, des milliers d’hommes sacrifièrent leur vie pour contrer les machines, et lorsque la guerre s’acheva, les survivants n’étaient qu’une poignée. Les champs étaient détruits, les réserves de nourriture au plus bas et la tempête warp ne faiblissait pas. Les hommes convaincus que leur fin était arrivée se tournèrent vers les clercs, espérant sauver leurs âmes par la prière.

Frère Vitus était alors un vieil homme, usé par les ans, mais sa voix restait aussi belle qu’auparavant. Il était le doyen des prêtres de la cité. Avec sa congrégation, il se mit à chanter, à organiser un chœur rassemblant les derniers survivants de la planète. Pendant des jours et des jours ils chantèrent, pour sauver leurs âmes et apaiser leurs tourments. C’est alors que le miracle se produisit. Loin dans le warp, une flottille de la maison Daescelos, des rogue traders sur le déclin, entendit ce chant.

D’abord les astropathes ressentirent un appel, qu’ils ignorèrent. Puis les navigateurs perçurent un phare à travers la tempête, une faible lueur rappelant celle du Trône d’Or. Le maître de la flotte décida de suivre cette lumière, et au 40ème jour du chant, émergea de la tempête au large du système de Parnassium. La famille Daescelos sauva alors la planète et ses habitants en rétablissant les liaisons avec l’Impérium. Frère Vitus avait perdu sa voix, mais aussi muet qu’une tombe il n’en dirigeait pas moins le chœur. Pendant les 10 ans qui suivirent avant que la tempête ne s’apaise, il fut le phare des vaisseaux de ravitaillement, jusqu’à être à bout de force. Le jour de sa mort d’épuissement, la tempête cessa complètement et Parnassium rejoignit le giron de l’impérium. La famille Daescelos en fit sa base principale dans le sous secteur. Frère Vitus fut élevé au rang de Saint exactement 100 ans après sa mort.

Saint Vitus le Cantor

Parnassium Aertenum Oldgnou